3 étapes pour déguster votre vin comme un professionnel

La dégustation d’un vin nécessite un savoir-faire. Les professionnels se servent de la vue, de l’odorat et du goût. Rien qu’en utilisant ces trois sens, ils arrivent à connaître les différentes caractéristiques de la boisson. Toutefois, ce savoir-faire n’est pas l’apanage des sommeliers. Vous pouvez aussi le faire rien qu’en suivant les différentes étapes en la matière. Voici comment déguster votre vin comme un professionnel et surprendre tous vos amis.

L’œil, la première étape de la dégustation

La dégustation par la vue consiste à observer attentivement le vin pour évaluer son gras, sa limpidité, sa brillance et sa robe. Pour apprécier la brillance et la limpidité, mettez le verre à la lumière devant un mur ou une nappe. Alors, vous verrez si votre boisson est nette, étincelante, lumineuse, terne ou brillante. Quant à l’examen de la couleur du vin, il vous renseigne sur son niveau d’acidité et vous permet d’avoir une idée de la localisation de son terroir. Plus la couleur est claire et plus le vin est acide. L’observance de la robe du vin vous permet également de connaître son âge.

En effet, la teinte de ce breuvage change au fil des ans. Par exemple, les vins rouges jeunes sont violets. Les vins blancs ont par contre une couleur vert citron quand ils sont jeunes. Par ailleurs, pour évaluer le gras de cette boisson, faites-le valser dans son verre. Observez ensuite les larmes qui se forment. Si elles sont épaisses, alors votre vin est concentré en sucre et en alcool. Désormais, lorsque vous faites donc un choix de vins en ligne, vous pouvez déjà l’évaluer avant de l’avoir en main rien qu’en observant sa couleur.

Le nez ou l’analyse olfactive du vin

Le nez est la seconde étape d’examen d’un vin. Il permet d’apprécier les arômes de ce breuvage. La dégustation par le nez se fait en deux différentes étapes.

Le premier nez

Le premier nez consiste à sentir les arômes sans bouger le verre. C’est un examen superficiel et non en profondeur. Il permet de savoir si les arômes sont bien développés ou non. Après le premier nez, vous saurez si votre vin se fait rapidement sentir. On dit alors qu’il s’agit d’un vin ouvert. Par contre, si vous ne le sentez, c’est un vin fermé.

Le deuxième nez

Le deuxième nez est un examen en profondeur des senteurs de votre breuvage. C’est à cette étape que vous pouvez différencier ses arômes. Ils peuvent être boisés, fruités, floraux, épicés, végétaux, chimiques, minéraux ou animaux. Pour faire cette dégustation, tournez le vin dans le verre pour l’aérer. Ceci contribuera à libérer ses odeurs.

La bouche ou l’appréciation de la saveur du vin

La dégustation par la bouche consiste à goûter le vin pour confirmer les arômes, évaluer l’acidité, le tanin, et la longueur en bouche. Elle se déroule en 4 différentes phases. L’attaque est la première étape de la bouche. Elle consiste à aspirer une petite quantité d’air pendant qu’on prend un peu de vin. L’attaque permet de savoir si un vin est rustique, agressif, rond ou élégant.

La seconde phase est le milieu de bouche. Le milieu de bouche permet de distinguer les saveurs dominantes de la boisson pour déterminer si le vin est équilibré ou non. L’avant-dernière étape est appelée « finale ». Ici, il faut recracher le vin, pour apprécier la persistance de ses arômes dans la bouche. Un vin dont les arômes persistent pendant près de 15 secondes est un vin long. Par contre, la persistance aromatique d’un vin court est d’environ 4 secondes.

La dernière phase de l’analyse gustative est la synthèse. Ici, vous devez décrire le vin. S’agit-il d’un vin aux arômes grossiers, développés, ou discrets ? Est-il équilibré ? C’est également à cette étape que vous pouvez confirmer la jeunesse ou la vieillesse de votre boisson.

Rédigé par
Plus d'articles de Vins Aoc

Le vin Mouton Rothschild : le premier grand cru de Pauillac

Envie d’acheter de prestigieux vins de Châteaux ou des grands crus classés...
Lire la suite