Viticulture biologique : comment améliorer la fertilité des sols ?

En viticulture bio, la fertilisation du sol n’a pas toujours été indispensable étant donné que la vigne est une plante avec des besoins nutritionnels limités. Cependant, pour assurer une production de qualité équilibrée en quantité, faire l’impasse sur cette pratique est quasiment impossible. La vigne gagnera en stabilité et aura une meilleure structure grâce aux éléments nutritifs apportés par le sol. Retrouvez à travers le guide ce qu’il faut faire pour optimiser les pratiques de fertilisation de vos sols.

Le fumier pour restituer la fertilité du sol

Avant la fertilisation du sol, l’amélioration de la production de raisins passe avant tout par la protection de votre domaine de viticulture contre les volatiles en tout genre qui causent des dégâts dans les vignes. Pour les éloigner, équipez-vous d’un effaroucheur oiseaux écologique et efficace. Ce dispositif est une meilleure alternative à l’utilisation des produits chimiques dangereux pour la récolte.

Le fumier est un élément indispensable pour la fertilisation du sol. Il rétablit les nutriments extraits avec la production de raisin et favorise l’activité biologique du sol. Lorsque vous choisissez du fumier, assurez-vous qu’il soit bien mûr ou composté. Pour ce faire, conservez le fumier à très haute température pendant plusieurs jours pour faire abstraction de toutes semences indésirables ou prévenir l’apparition de maladies. Le fumier composté et bien fermenté permet de maintenir un taux de dégradation intermédiaire et stable pendant les premières quatre années de fertilisation.

Comment le fumier améliore-t-il la fertilité du sol ?

Le fumier nourrit le sol grâce à l’apport d’humus. Ce dernier permet d’augmenter la capacité d’échange cationique du sol ainsi que son pouvoir tampon. L’humus fournit aussi au sol des phénols qui favorisent la respiration du plant. Ce dernier absorbe mieux le phosphore et sera en mesure de contrôler les pathogènes du sol. En même temps, l’humus réagit avec le phosphore insoluble en absorbant les bases et en libérant de l’acide phosphorique.

Par ailleurs, l’humus contenu dans le fumier évite la perte des minéraux en les absorbant. Il participe donc à la stimulation du développement des plants et celui de la vie du sol. En outre, l’humus favorise la rétention d’eau dans le sol tout en absorbant la chaleur. Aussi, il évite les changements brusques de température du sol qui peut nuire à la production et à la qualité des plants. Les effets du fumier à travers l’humus sont profitables au sol pendant 5 ans environ.

À quel moment et à quelle fréquence apporter du fumier à la viticulture bio ?

L’apport de fumier pour les vignes se fait généralement tous les 4 ans. Idéalement, le fumier doit provenir de compost de qualité avec environ 1,5% d’azote. Il sera appliqué à un dosage d’environ 10 000 kg par hectare. Au cas où le taux d’azote contenu dans le fumier est inférieur à 1,5%, il est nécessaire de multiplier les doses d’application. Pour enfouir le fumier, il est recommandé de faire un labourage.

Pour la première fertilisation de la vigne, il est conseillé d’utiliser des fumiers frais qui fermentent à un taux élevé et apportent une importante quantité de nutriments au sol. À la deuxième application, leur apport est faible. Aussi, il est conseillé d’utiliser des fumiers secs, dont le taux de dégradation est très faible. Leurs effets sur le sol durent donc plus longtemps. La meilleure période de l’année pour fertiliser le sol avec le fumier se situe au milieu de l’automne ou pendant l’hiver.

Quid de l’application du fumier ?

Traditionnellement, le fumier est dispersé sur le sol entre les rangs des vignes. Il faut appliquer environ une dizaine de centimètres de fumier sur une largeur d’un mètre dans l’inter-rang puis veiller à alterner les inter-rangs. Aujourd’hui, les viticulteurs utilisent les engins d’application de fumier. L’appareil est constitué d’une trémie équipée d’un décompacteur qui ouvre le sol, intègre le fumier et rebouche le sol.

Lorsque le fumier est conditionné sous forme de pellet, l’épandeur d’engrais conventionnel peut suffire pour son application. Les fumiers pellets sont obtenus par compactage en suivant un processus industriel. Ils ont une forme de petits cylindres et sont plus riches en nutriments. Leur utilisation permet aux viticulteurs d’avoir un meilleur contrôle sur la fertilisation du sol.

D’autres méthodes pour améliorer la fertilité des sols

Pour obtenir des engrais biologiques qui fertilisent le sol, il suffit de hacher et d’incorporer les restes de taille. C’est un procédé qui permet de récupérer une grande partie des nutriments extraits pendant la production de la raison. Les restes de tailles constituent une excellente source de matière organique pour le sol.

L’enherbement constitue aussi une solution efficace pour améliorer la fertilité des sols. Très utilisé dans l’agriculture biologique, l’enherbement consiste à implanter une couverture végétale entre les rangs de vignes. Les matières organiques contenues dans les strates de végétaux optimisent l’activité et la vie biologique du sol.

Rédigé par
Plus d'articles de Vins Aoc

Les conditions optimales pour faire vieillir son vin

Vous êtes amateur de bons vins et en conservez même quelques-uns en...
Lire la suite